Réflexion Estivale Part 2 / Support ou Tireur /Créer nos relations en conscience.

1-Les tireurs

Nous sommes tous imparfaits et nous allons dans nos relations sociales automatiquement blesser, vexer et abîmer des personnes que nous apprécions. Parfois, dans un tourbillon d’émotions, d’autres fois dans des décisions qui ne sont pas toujours les plus judicieuses. De plus, nos façons de percevoir le monde et nos « morales » étant rarement les mêmes, certaines choses que nous estimons comme anodines, se révèlent particulièrement importantes, voire blessantes pour les autres. En partant de ce postulat, nous pouvons dans n’importe quelle relation, décevoir, ne pas être là au bon moment, voire rester fixé sur des choses que nous avons projetées. Parce que oui, beaucoup de problématiques relationnelles sont issues de nos biais cognitifs, de ce que nous souhaitons voir ou entendre ou des histoires que nous nous racontons dans notre tête pour que tout ce que nous faisions ait un sens (rationalisation). Pourtant, une des choses premières dont nous avons besoin, c’est de nous sentir en sécurité. Que ça soit dans le développement de l’enfant ou dans le système social, c’est une base de notre pyramide. Nous avons besoin de nous rassurer, que ça soit sur les événements, les situations ou les personnes. Nous développons de nombreuses capacités à anticiper afin de nous mettre dans des conditions optimums pour répondre au « au cas où ». Malheureusement, seul, c’est particulièrement stressant et énergivore. Nous cherchons donc des compagnons de voyage, de moments, de vie.
Comme je vous le partageais, enfants, nous ne choisissons pas vraiment. Nous avons une famille et nous devons faire avec. Quant à nos amis, ils sont en général des personnes que nous côtoyons à proximité (bien que maintenant avec l’online des choses changent). C’est un contexte qui nous entraine à créer des liens, souvent l’école, le sport ou les activités « imposées » par la famille, qui pousse l’enfant à créer sa communauté.
Nous avons une intention de vouloir se grouper pour s’apporter des choses positives et possiblement se protéger ou tout du moins limiter les influences externes qui pourraient nous être désagréables. Nous allons le faire au travers de rituels de jeux, d’échanges, de parole ou d’émotions partagées. Avec le temps, nous avons l’impression que nous sommes moins influencés par la proximité et que nous sommes plus maître de nos rencontres, de nos groupes sociaux. C’est une illusion, néanmoins, vous le savez, nous aimons avoir la sensation que nous contrôlons notre vie et nos décisions. Ce qui est pris en compte un ensemble de variables dont le contexte social, économique, les patterns internes, l’intelligence sociale, la confiance en soi, l’audace etc…

La Suite , demain…
Ne prenez que ce qui est bon et juste pour vous.
Be One
Pank

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s